Pour une anthologie de la technique de l'entretien du piano

La technique avance des vérités comme si elles étaient définitives et donc éternelles. C'est une pensée positive. Mais est-ce compatible avec la créativité humaine ? Rien n'est moins sûr. L'accord et la restauration des pianos, dans leurs évolutions et leurs spécificités, constitue donc l'une des pratiques, qui, dans son domaine, est historiquement responsable des possibilités créatrices de l'homme.

En rassemblant ici des textes classiques de la technique du piano, je cherche à permettre une interprétation critique de la pratique technique, ne serait-ce que par comparaison des textes et des dogmes qui y évoluent.

Giorgio Armellino — Manuel simplifié de l'accordeur (1834)

Cette édition numérique a été réalisée par nous, à partir de la version numérisée disponible sur Gallica. Étant donné la taille réduite de l’ouvrage, et son impression plus difficile que les ouvrages de Montal par exemple, le livre d’Armellino n’a pas été réalisé par une OCR, mais recopié « à la main ». Il ne devrait donc pas y avoir d’erreur de lecture : à la rigueur, quelques fautes de frappe qui nous auraient échappé.

La structure originale de l’ouvrage est assez chaotique : nous avons divisé le livre en deux « livres », le premier sur l’accordage, et le second sur la réparation. À l’origine, le livre porte lui-même sur l’accordage, et contient une « notice » sur la réparation.

L’intérêt de l’ouvrage d’Armellino est de nous présenter une autre version, peut être plus ancienne, de la technique du piano, comparé à un Montal qui le critiquera en écorchant son nom (« M. Giorgio »), l’accusant d’avoir volé sa partition. On ne peut, il est vrai, que remarquer que les deux ouvrages poursuivent, à la même époque, exactement le même but : « mettre à la portée de tout le monde ». Et en conclure qu’aucun des deux ouvrages n’a fonctionné !

 

(Lien de téléchargement)

(Planches)

montal

 

Claude Montal — L'art d'accorder soi-même son piano (1865)

Texte classique faisant suite à un opuscule de l'auteur, Abrégé de l'art d'accorder soi-même son piano, publié en 1834.

Cette édition numérique a été réalisée par nous à partir de la numérisation de Gallica (BNF). Bien que nous l’avons vérifiée avec soin, des erreurs peuvent subsister, dues à l’OCR et à la qualité d’origine du document. La plupart du temps, il ne s’agit que de lettres mal lues, et facilement corrigées par le lecteur lui-même.

Nous avons retiré de cette version le chapitre XXI sur les accordeurs aveugles, tout d’abord pour une raison pratique : le chapitre est très circonstanciel, et le retirer permet d’alléger la charge de travail de celui qui numérise. D’autre part, ce chapitre, malgré tout le caractère humaniste qu’il semble proposer, est surtout un prétexte pour l’auteur d’étaler son propre ego : de nombreuses pages ne concerne pas la technique de l’accordage et de la réparation du piano pour les aveugles, mais la propre histoire et l’ascension mythique de Claude Montal par Claude Montal. On s’accordera donc, j’espère, sur le fait que ces passages ne sont plus très utiles aujourd’hui, pas plus qu’ils ne sont bénéfiques pour l’auteur.

Ce livre, comme tous les manuels, doit être relativisé, critiqué. Montal parle le langage du positivisme de son siècle. Il est de ceux qui établirent, sans doute, le tempérament égal dans l’accordage habituel des pianos. De même, les jugements de valeur sur les instruments plus « anciens », systèmes antérieurs aux pianos droits et à queue, sont présentés comme des vérités absolues, au nom de l’efficacité, ou d’on ne sait quelle exigence. La vérité, c’est qu’un piano carré s’accorde à un environnement et à un usage, un droit à un autre, de même qu’un piano à queue. Placez un piano puissant dans une pièce carrelée et faite de murs en ciments comme c’est le cas depuis 1945 : l’instrument sonnera trop fort. Ce type de vérité absolue est en fin de compte assez absurde dans le domaine de l’art. Quant au tempérament égal, un débat existe sur la possibilité d’accorder un piano selon un tempérament inégal. Quoiqu’il en soit, le tempérament égal est soit brandi comme une norme indépassable par les accordeurs, soit, lorsqu’on le commente, présenté comme un accordage malheureusement devenu une norme. Les tempéraments inégaux permettaient de faire sonner différemment des tonalités différentes — contrairement au tempérament égal qui les neutralise : la seule variation est la hauteur du son — et donnaient du caractère aux compositions, notamment dans la musique baroque. Le tempérament égal est une mise en pratique de la vision rationaliste et technicienne du monde à la musique — le technicisme culminant dans la virtuosité et les exercices de Hanon —, et par extension à la créativité elle-même. Il ne fait aucun doute qu’un musicien, aujourd’hui, n’est plus capable de se représenter une partie des dimensions de la musique qui était audible avant le XXe siècle. Il me semble indispensable de connaître ces nuances pour ne pas faire disparaître complètement des pans entiers de ce monde introduit par l’homme dans le réel qu’est la musique.

La version présente est datée du 1/9/2017.

(Lien de téléchargement)

montal

 

G Huberson — Nouveau manuel complet de l'accordeur et du réparateur de pianos (1891)

Cette édition numérique a été réalisée par nous à partir d’une numérisation. Bien que nous l’ayons vérifiée avec soin, des erreurs peuvent subsister, dues à l’OCR et à la qualité d’origine du document. La plupart du temps, il ne s’agit que de lettres mal lues, et facilement corrigées par le lecteur lui-même.

Je reprends ici l’introduction que j’ai écrite pour le premier ouvrage de cette série, L’art d’accorder soi-même son piano de Claude Montal. Les remarques que j’y faisait valent tout autant pour celui-ci. Il est à savoir que je n’ai pas trouvé le prénom de M. Huberson, et que personne ne semble vraiment le connaître. D’autre part, ce Manuel faisait partie de la collection encyclopédique Roret, ce qui explique qu’il renvoie parfois à d’autres ouvrages de la collection. Enfin, ce livre est pour l’essentiel une reprise du livre de Montal. Notre mise en page, modernisée et plus claire par rapport à la manière de citer de l’époque, met cela assez bien en évidence.

La présente version est datée du 15/10/2017.

 

(Lien de téléchargement)

(Planches)

montal

Textes à venir

Alexandre Louët / Armand Blanchet (1797) : Instruction théoriques et pratiques sur l'accord du piano-forte. À faire.